Bien choisir un pressostat

Un pressostat, également appelé manostat ou vacuostat, est utilisé pour contrôler la pression dans un circuit fluide (hydraulique, pneumatique ou autre). En simplifiant, c’est un interrupteur qui change d’état de commutation (ouvert ou fermé) lorsque la pression du fluide atteint ou dépasse une valeur définie.

Les pressostats sont utilisés dans de nombreux appareils et process industriels : pour piloter des pompes et des compresseurs, comme sécurité redondante ou pour alimenter une boucle de régulation automatisée.

Consulter les pressostats

  • Pressostat mécanique ou électronique ?

    Pressostat électronique WIKA

    Pressostat électronique WIKA

    Les pressostats peuvent être classés en deux grandes familles : les pressostats mécaniques et les pressostats électroniques. Outre la différence de technologie, ces deux familles proposent des différences sur les possibilités de signal de commutation et de réglage.

     

    Les pressostats mécaniques 

    Les pressostats mécaniques convertissent la pression du fluide en un mouvement mécanique grâce à une membrane ou un piston qui, en se déformant ou en se déplaçant, actionne le contact de commutation. Les pressostats mécaniques ne nécessitent aucune alimentation électrique pour fonctionner mais ne peuvent fournir que le signal de commutation. 

    Ce sont des appareils simples et bon marché qui sont choisis pour leur robustesse plutôt que la finesse de leurs mesures. Ils sont généralement employés pour commuter des courants élevés (pour commander des pompes par exemple) ou comme dispositifs de sécurité redondants. 

    Les pressostats mécaniques peuvent avoir un point de commutation préréglé en usine ou réglable mais en général l’hystérésis (différence entre le point de commutation et le point de réinitialisation) n’est pas réglable.

     

    Les pressostats électroniques

    Les pressostats électroniques utilisent un capteur de pression électronique pour mesurer la pression et déclencher un signal de sortie aux points de commutation. Les pressostats électroniques sont, en général, plus complexes et donc plus chers que les mécaniques. Dépourvus de pièces mobiles, ils offrent une plus grande fiabilité et durée de vie. Leur précision est également nettement meilleure que celle des modèles mécaniques.

    Les pressostats électroniques peuvent être préréglés en usine mais proposent souvent un affichage numérique et une interface permettant de programmer facilement les différents paramètres du pressostat (temporisation, points de commutations et de réinitialisation, hystérésis, normalement ouvert ou fermé, etc.). L’afficheur numérique permet également l’indication en continu de la pression et l’affichage de l’état du pressostat. Ces pressostats font ainsi également office de capteurs / transmetteurs de pression.

    Les pressostats électroniques peuvent proposer plusieurs points de commutation programmables et une plus grande diversité de signaux de sortie. Ils sont plus adaptés que leurs homologues mécaniques pour être utilisés avec des systèmes automatisés.

    Grâce à leurs avantages, ces pressostats sont aujourd’hui les plus couramment employés dans l’industrie pour la régulation de process.

  • Pressostat mécanique à membrane ou à piston ?

    Pressostat à piston SUCO

    Pressostat à piston SUCO

    On trouve principalement deux technologies de pressostats mécaniques :

    • les pressostats à membrane qui exploitent la déformation d’une membrane soumise sur l’une de ses faces à la pression à surveiller et sur l’autre face à la force exercée par un ressort. C’est d’ailleurs en comprimant ce ressort que l’on peut faire varier le réglage du point de commutation du pressostat. Les pressostats à membrane peuvent être utilisés pour des pressions de 0,1 bar à 100 bars.

     

    • les pressostats à piston qui utilisent le déplacement d’un piston soumis d’un côté à la pression à surveiller et de l’autre à la force exercée par un ressort. Comme sur un pressostat à membrane, là aussi c’est la compression du ressort qui permet de régler le point de commutation. Les pressostats à piston peuvent être utilisés pour des pressions de 10 à 400 bars.
  • Comment choisir le bon pressostat ?

    Une fois que l’on a défini le type de pressostat dont on a besoin, il convient de choisir le bon modèle en se basant sur les critères de choix suivants :

    • Réglé en usine ou réglable : les pressostats réglés en usine sont moins chers que les pressostats réglables et feront parfaitement l’affaire pour des points de commutations qui ne changent pas ; les pressostats réglables seront préférables si le point de commutation peut être amené à évoluer ; les pressostats électroniques munis d’un écran et d’une interface (boutons) permettront de paramétrer finement les différents paramètres de fonctionnement du pressostat. 
    • La plage de réglage : il faut impérativement s’assurer de sélectionner un pressostat dont le point de commutation ou la plage de réglage de ce point correspond à la valeur de la pression à surveiller. Il ne faut pas confondre la pression du point de commutation et la pression maximum que peut supporter le pressostat avant éclatement qui est bien plus élevée.
    • Le signal de sortie : les pressostats proposent différents types de sorties, il faut donc s’assurer que le modèle retenu corresponde à la sortie dont on a besoin. Pour les pressostats mécaniques, il s’agit de choisir entre contact normalement ouvert ou normalement  fermé. Les pressostats électroniques offrent plus de possibilités.
    • Tenue en surpression (pression maxi) : c’est la pression maximum que le pressostat peut supporter, elle est bien supérieure à la pression de réglage.
    • Matériaux du pressostat : le choix du matériau de la partie du pressostat en contact avec le fluide et du boîtier en contact avec le milieu environnant est important. Dans les deux cas, il faut choisir des matériaux compatibles avec l’application (inox dans l’agroalimentaire par exemple), le fluide et le milieu ambiant. 
    • Connecteur électrique : il est important de choisir un pressostat avec le connecteur électrique correspondant au circuit existant.
    • Alimentation électrique : si vous optez pour un pressostat électronique, vérifiez que sa tension d’alimentation corresponde à celle disponible dans la boucle de régulation.
    • Indice de protection, certification ATEX : il est nécessaire de choisir un pressostat qui présente le niveau de protection correspondant aux exigences du process.

     

Guides connexes
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *