Le Salon Online de l'Industrie

Bien choisir un autoclave de laboratoire

Un autoclave est un appareil qui permet de stériliser des pièces ou des produits. Pour choisir le récipient adapté, vous devez avant tout vous poser la question du volume représenté par les produits ou les pièces à traiter à chaque opération, ce qui va déterminer la taille de l’autoclave. Vous devez aussi vérifier que l’encombrement de l’autoclave est compatible avec l’espace dont vous disposez (il doit permettre un chargement et déchargement faciles de la machine).
Enfin, vous devez vérifier que le temps de cycle et le nombre maximal de cycles par jour de la machine sont cohérents avec vos besoins. Le processus le plus fréquemment utilisé impose une stérilisation à 121 °C pendant vingt minutes, auxquelles il faut rajouter le temps de montée et de descente en température.

Consulter les autoclaves de laboratoire

  • Quelle est la différence entre un autoclave de laboratoire et un stérilisateur ?

    Autoclave de laboratoire Priorclave

    Un stérilisateur est un terme générique désignant tout type de matériel qui peut stériliser avec des produits chimiques, une pression élevée ou une filtration, pour éliminer les organismes vivants tels que les bactéries, les champignons, les virus et les spores.

    Un autoclave est un stérilisateur spécifique qui utilise la vapeur pour la stérilisation ou la désinfection du matériel ou des produits qui sont placés à l’intérieur. À l’origine le terme autoclave désigne un matériel qui s’autoverrouille sous la pression de la vapeur, mais ce n’est plus forcément le cas aujourd’hui. Les autoclaves ne peuvent être utilisés qu’avec du matériel qui résiste à des températures élevées. Ces appareils servent notamment pour la stérilisation de liquides ou de corps solides, pour la stérilisation destructrice de déchets liquides ou solides, ou pour la destruction de matières biologiques dangereuses.

  • Quelles sont les applications des autoclaves de laboratoire ?

    Les autoclaves peuvent répondre à différentes utilisations :

    • En laboratoire : prévus en général pour de petits volumes, vous pouvez trouver des autoclaves de laboratoire de paillasse (posés sur une table) ou sur pieds (il n’y a pas de généralités pour cette utilisation). Pour ce type d’usage, la plupart des autoclaves sont à chargement vertical, ce qui permet de réduire leur encombrement.
    • En phase pilote ou en production : si vous avez besoin d’un équipement pour de la production, vous devez prendre en compte les contraintes de manutention, de débits journaliers et éventuellement de connectivité vers des PC de contrôle.
    • En environnement GMP (Good Manufacturing Practices), aussi appelé bonne pratique de fabrication : ces préconisations visent à assurer la qualité de fabrication dans le domaine pharmaceutique. Elles imposent des choix d’équipements et d’accessoires souvent spécifiques, avec des qualifications et une documentation adaptées.
    • En environnement médical : ces autoclaves doivent avoir des homologations pour systèmes médicaux. Par exemple, dans les hôpitaux, les autoclaves ou stérilisateurs destinés au retraitement de dispositifs médicaux tels que les instruments chirurgicaux sont considérés comme des dispositifs médicaux et doivent donc être conformes à la directive européenne 93/42.
  • Quelle configuration pour votre autoclave de laboratoire ?

    Autoclaves de la marque LTE Scientific Ltd

    Les autoclaves sont classés en trois catégories :

    • Les autoclaves à chargement frontal : ils sont adaptés à la stérilisation de produits ou pour traiter des volumes importants. Les plus grands modèles nécessitent l’utilisation de chariots de chargement et sont plus encombrants que les modèles à chargement vertical.
    • Les autoclaves à chargement vertical (par le haut) : ils sont adaptés pour la destruction de déchets et pour la stérilisation de petit matériel. Ils présentent l’avantage d’être peu encombrants, mais nécessitent parfois des équipements spécifiques pour manipuler le panier ou le conteneur.
    • Les autoclaves à chargement traversant à double porte : ils sont destinés à être intégrés dans une chaîne de production, dans l’industrie pharmaceutique par exemple. Dans ce cas, une étanchéité parfaite doit être mise en œuvre entre les deux côtés de l’autoclave.

    Il existe des autoclaves à chambre cylindrique et d’autres à chambre rectangulaire :

    • En chambre cylindrique : la circulation de la vapeur en chambre cylindrique se fait de façon plus naturelle, ce qui favorise la stérilisation. Par contre, pour un même volume à traiter, l’autoclave à chambre cylindrique est plus encombrant que celui à chambre rectangulaire. Ils sont aussi généralement moins chers que ceux à chambre rectangulaire.
    • En chambre rectangulaire : le volume utile à l’intérieur de l’autoclave est plus important que pour un autoclave cylindrique, mais il faut veiller à bien disposer les produits ou les pièces à stériliser pour que la stérilisation soit efficace. Les autoclaves à chambre rectangulaire doivent toutefois avoir des angles courbes pour faciliter leur nettoyage.
  • Quelles autres caractéristiques faut-il prendre en compte?

    En fonction de l’autoclave que vous aurez choisi, vous aurez peut-être besoin de rajouter des accessoires, par exemple :

    • Un générateur de vapeur, si celui-ci n’est pas intégré dans l’autoclave.
    • Une pompe à vide, nécessaire pour certains processus de stérilisation.
    • Du matériel de manutention pour le chargement et le déchargement de l’autoclave.
    • Un système de filtration de la vapeur évacuée.
    • Un mélangeur air-vapeur pour refroidir les contenants fermés hermétiquement sans qu’ils éclatent, et  générer une contre-pression et une ventilation forcée pour diminuer le temps de refroidissement (gain de temps jusqu’à 50 % sur cette phase du cycle), lors de la stérilisation des liquides notamment.
    • Un système pour sécher les équipements en verre, après leur stérilisation.

    Vous devez aussi vérifier si vous avez besoin de faire qualifier votre autoclave, notamment dans le cadre de la norme GMP. Cette norme impose différentes phases de qualification :

    • FAT : Factory Acceptance Test
    • DQ : Design Qualification
    • IQ : Installation Qualification
    • OQ : Operational Qualification
    • PQ : Performance Qualification
    • SAT : Site Acceptance Test

    À chacune de ces phases doit être associée une documentation spécifique. N’hésitez pas à demander au fabricant de votre autoclave de vous assister dans ces démarches.

    En fonction de l’autoclave choisi, vous devez vérifier si le local où il doit être implanté est équipé d’une alimentation électrique adaptée, d’un système d’alimentation en eau déminéralisée, d’un circuit d’air comprimé, d’un système d’évacuation des eaux usées, et éventuellement d’un flux d’air frais pour son refroidissement.

    Certains autoclaves peuvent être reliés à un PC ou à un réseau Ethernet, ce qui permet notamment de réaliser la documentation nécessaire au suivi du processus de stérilisation.

    Vous devez aussi anticiper la maintenance préventive de votre autoclave pour prévenir autant que possible les risques de panne.

Guides connexes
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *